Comment trouver le rythme de travail qui vous convient ?

Les prévisions doivent être revues et corrigées pour tenir compte de ce qui est possible et non pas de ce qui est souhaitable. Le possible est déterminé en tenant compte de ses contraintes familiales et professionnelles, de ses autres obligations et de sa capacité de travail. Après quinze jours ou trois semaines de travail il convient de vérifier la validité de cette programmation. Cette approche résume toute la différence qui existe entre un étudiant en formation initiale et une personne qui décide de reprendre ses études. L’exemple précédent montre qu’il est difficile de poursuivre des études de droit à l’université si on travaille à temps complet, à moins d’avoir un métier en relation directe avec cette formation.

Un étalement du programme sur deux années ne règle pas toujours cette difficulté. Quelle que soit la situation, il est conseillé de partir du temps dont on dispose pour faire des prévisions, puis de compter le temps d’étude effectif de manière à trouver le bon rythme de travail. Ce suivi doit être fait dans l’objectif de se ménager un minimum de confort pour étudier et d’éviter de se fixer des objectifs impossibles à tenir. Vérifier que l’on est en mesure de respecter le programme que l’on s’est fixé c’est juger de l’adéquation entre les moyens mis oeuvre et les résultats escomptés. Les personnes engagées dans la vie active ont peu de temps, il faut pour cette raison être très rigoureux. Cela n’interdit pas la souplesse.

Quelques règles simples

– Il faut se laisser une marge de liberté la plus grande possible.

– Ce programme de travail sert de guide. S’il ne convient pas il doit être aménagé.

– Il vaut mieux travailler souvent plutôt que beaucoup à chaque fois.

– Se fixer des objectifs impossibles revient à ne pas en avoir. C’est se compliquer inutilement l’existence.

Ce programme de travail sera ajusté régulièrement en tenant compte du travail effectif réalisé de manière à rapprocher los prévisions des réalisations. Le décompte oblige à être attentif au maintien d’un équilibre entre les différentes matières, il permet de trouver un rythme de travail adapté et de s’auto-évaluer:

– Si le programme de travail n’est pas respecté cela se voit rapidement.

– Si le travail personnel n’est pas fait les conséquences sont prévisibles.

De façon générale les étudiants manquent de temps, tous ceux qui ont l’habitude de passer des examens savent, par expérience, que l’on.a toujours le sentiment de ne pas être prêt au moment de se présenter aux épreuves. Le travail à accomplir est souvent sous estimé. C’est très désagréable, il arrive que l’on se jure de faire mieux la prochaine fois, et malgré cela c’est une situation qui se répète. Si on se laisse distancer dans sa préparation, il est bon de le voir pour reconsidérer les hypothèses de départ. Cette méthode évite le découragement et limite le risque d’échec.

admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *