Infirmiers libéraux, comment financer votre formation continue ?

Exercer auprès de personnes en difficulté n’est pas un travail aisé. Se former continuellement sur les différents actes médicaux, les pathologies, les nouvelles réglementations, etc, est fondamental pour acquérir de nouvelles compétences. Mais comment financer ces formations ? Outre le financement personnel, il existe 2 autres solutions à votre disposition.

Le financement par FIF

Le Fonds Interprofessionnels de Formation pour Professionnels Libéraux, le FIF-PL contribue au financement des formations des différents libéraux en santé qui cotisent à ce fonds. Ce dernier prend en charge une formation délivrée par un organisme reconnu à hauteur de 1400 euros par an par professionnel, pour un plafond de 350 euros par jour. Toutes les formations ne sont pas éligibles au FIF-PL. Néanmoins elles sont nombreuses et complémentaires les unes avec les autres. Ainsi, tout infirmier libéral peut solliciter une aide financière au FIF-PL pour suivre une formation sur la relation thérapeutique, la nomenclature, la gestions des émotions et du stress, certains actes para-médicaux, etc…Une formation financée avec le FIF-PL n’est pas reconnue comme étant une perte de ressources, et n’est donc pas indemnisée. En revanche, elle ouvre droit à un crédit d’impôts

Le financement par l’ANDPC

L’Agence Nationale du Développement Professionnel Continu aide au financement des formations pour les infirmiers libéraux. L’ANDPC finance les formations de l’infirmier libéral dans le cadre des orientations définies par l’Etat, dans la limite de 2 jours par an (soit 14 heures de formation sur l’année). Ainsi, les formations dites DPC sont gratuites et permettent par ailleurs de toucher une indemnité pour la perte de ressources causée par l’absence d’activité libérale durant le temps de la formation. 
L’objectif du dispositif  DPC étant de maintenir et d’acquérir les connaissances et de procéder à l’évaluation des pratiques professionnelles (EPP), les professionnels de santé ont par conséquent l’obligation de suivre un parcours DPC tous les 3 ans. Par ailleurs, l’obligation de DPC touche tous les professionnels de santé de France, qu’ils soient salariés ou libéraux. Les compétences nouvellement acquises servent donc à améliorer le professionnalisme de tout infirmier exerçant en libéral ; mais ces connaissances supplémentaires seront été également utiles si l’infirmier libéral souhaite revenir au statut de salarié et postuler auprès des hôpitaux, cliniques, etc…

admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *