Quelles qualités faut-il pour devenir comportementaliste canin ?

Le métier de comportementaliste canin est complémentaire de celui de vétérinaire. Quand le second soigne les maladies et garantit la bonne santé physique du chien, le premier garantit qu’il soit épanoui et ne souffre pas de troubles psychologiques.

Les maîtres sont dorénavant nombreux à faire appel à leurs services. Si vous rêvez de faire ce travail, voici plusieurs qualités/critères importants pour devenir comportementaliste canin.

Aimer les chiens

Bien évidemment ! Seule une personne qui aime profondément les chiens possède l’empathie requise pour diagnostiquer les maux des chiens et en sortir des conseils adaptés. Comme un pédiatre se doit d’aimer les enfants, le comportementaliste ne peut pas considérer un chien comme « débile » ou « fondamentalement méchant » car il ne suit pas la feuille de route classique.

Comprendre les chiens

Un comportementaliste va beaucoup plus loin que de déchiffrer le message signifié par votre chien quand il tourne autour de sa gamelle juste avant le repas… Il doit avoir une vraie connaissance des chiens, que ce soit de façon globale ou selon les races. Des sites comme Be Happy Jodie sont parfaits pour commencer votre apprentissage, mais il faut aller plus loin.

La compréhension du chien se fait aussi par rapport à son vécu et à ses gestes. Il peut être compliqué pour un néophyte de faire le tri entre l’excitation, la peur, l’agressivité, la jalousie…

Avoir de l’expérience

Ce n’est pas en lisant des livres sur la boulangerie que l’on devient un boulanger professionnel. C’est pareil avec l’éducation des chiens. Pour exercer le métier et être à même de conseiller des maîtres, il est essentiel d’avoir de la pratique.

La grande majorité des comportementalistes possèdent des chiens et proposent une multitude de services (pension, élevage, sports canins…). Ils vivent ainsi dans le monde canin en permanence.

Si vous avez du temps disponible, organisez un stage aux côtés d’un professionnel en activité.

Aimer le contact humain

Cet aspect est souvent négligé par les nouveaux comportementalistes. Le client, celui qui vous rémunère pour vos services, n’est pas le chien mais son maître. La relation avec ce dernier nécessite un certain sens de la pédagogie. Cela ne sert à rien que vous apprenez au chien à marcher comme un mannequin en représentation si son maître ne parvient pas à l’empêcher de tirer en laisse comme un enragé.

Or, pour passer le message souhaité et améliorer la relation entre le maître et son chien, votre communication est primordiale. Faites preuve d’écoute. Vous ne devez pas partir bille en tête en snobant les remarques du propriétaire du chien car, qu’importe vos résultats, il ne fera plus appel à vous s’il vous trouve désagréable. Sachez le persuader d’appliquer vos préconisations. Il continuera de travailler avec vous uniquement si le chien a un meilleur comportement et cela n’est possible que s’il suit à la lettre vos recommandations.

Ce lien humain est le plus compliqué à gérer. Mais une fois que vous parvenez à le maîtriser, vous obtenez des moments très intéressants. C’est un grand plaisir de constater le sourire d’un maître qui arrive enfin à se faire écouter ou la joie d’une maîtresse qui sent enfin qu’elle contrôle la situation avec son animal.

admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *